L’avis de GROUP’Enr sur les différentes énergies renouvelables

GROUP’Enr est un des leaders sur le marché des énergies renouvelables. Depuis sa création, elle a connu le succès et s’est étendue sur tout le territoire français (hors Corse et outre-mer). Elle est spécialisée dans l’installation de systèmes énergétiques qui fonctionnent aux énergies vertes. De ce fait, elle propose une gamme complète de produit pour s’adapter à tous les cas de figure : panneaux photovoltaïques, isolation extérieure, isolation des combles, pompes à chaleur AIR/AIR, pompes à chaleur AIR/EAU, ballons d’eau chaude thermodynamique et batteries de stockage. L’objectif majeur de la société est d’allier les énergies renouvelables et le développement durable pour le bien-être de l’environnement et de ses clients.

De plus en plus de particuliers se sentent concernés par le sort de la planète si le réchauffement climatique continue sur sa lancée. De ce fait, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les énergies renouvelables pour équiper leur habitation en système de production d’énergie (chauffage, électricité, eau chaude sanitaire). Les consommateurs, contrairement à l’Etat, semble avoir compris l’importance d’entamer la transition énergétique des bâtiments. GROUP’Enr est du même avis. Pour l’avenir des générations futures, il est nécessaire de se tourner vers les énergies renouvelables pour alimenter les foyers en énergie propre. De plus que la situation semble plus présente que jamais. En effet, plus de 15 000 scientifiques ont tiré la sonnette d’alarme, en novembre dernier :
« si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle. »

Les énergies renouvelables semblent donc être la solution, mais que sont-elles exactement ? Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la terre, les chutes d’eau, les marées ou encore la croissance des végétaux, elles n’engendrent pas ou très peu de déchets ou d’émissions polluantes. De ce fait, elles participent à la lutte contre le réchauffement climatique causé par les rejets de gaz à effet de serre (GES), tel que le CO2, dans l’atmosphère. Contrairement aux énergies fossiles qui s’épuisent petit à petit (pétrole, charbon, lignite, gaz naturel), les énergies renouvelables comme le solaire (solaire photovoltaïque, solaire thermique), l’hydroélectricité, l’éolien, la biomasse, la géothermie sont des énergies flux inépuisables. Il est donc important de faire un point sur ces différentes sources d’énergies et répondre aux questions que la plupart des particuliers souhaitant entamer la transition énergétique de leur logement se posent : Quelles sont les différentes sources d’énergies renouvelables ? Comment les capter ? Pourquoi sont-elles utiles ? Sous quelle forme les utiliser ?

L’énergie solaire

Le soleil est une source quasiment inépuisable d’énergie. Il est d’ailleurs presque l’unique pourvoyeur d’énergie sur Terre. Il chauffe et éclaire mais il est aussi responsable du déplacement des masses d’air (énergie éolienne), du cycle de l’eau qui actionne les barrages hydro-électriques et grâce à sa lumière il permet la croissance des plantes.

Il faut aussi savoir que l’énergie solaire est la plus répandue sur Terre. En une année complète, l’humanité consomme 10 milliards de Tonnes équivalent pétrole (Tep). Cette quantité représente moins de 3% de ce que le soleil envoie gratuitement par jour. Enfin, l’énergie solaire est considérée comme renouvelable ça il ne s’éteindra que dans 4,5 milliards d’années.

Directement, l’énergie solaire peut donc être utilisée par les panneaux photovoltaïques ainsi que dans d’autres procédés détaillés plus bas.

L’énergie solaire photovoltaïque

L’énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion des rayons du soleil en électricité à l’intérieur même des panneaux photovoltaïques. Ils sont composés de matériaux semi-conducteurs comme le silicium ou recouverts d’une fine couche métallique. Sous l’effet d’une énergie extérieure, ces matériaux photosensibles libèrent leurs électrons. C’est ce qu’on appelle l’effet photovoltaïque. Ce sont les photons (particules qui composent la lumière) qui apportent l’énergie nécessaire en heurtant les électrons. Il résulte de cette action un courant électrique. Cependant, ce courant continu doit être transformé en courant alternatif grâce à un onduleur. L’électricité ainsi produite est disponibles sous forme directe pour la consommation du logement, stockée dans des batteries ou injectée dans le réseau.

Les performances des panneaux solaires dépendent de plusieurs facteurs : l’orientation de ces derniers et les zones d’ensoleillement dans lesquelles l’habitation se trouve. Il est aussi intéressant de noter qu’en France il est possible de revendre l’électricité générée par les panneaux.

Les panneaux photovoltaïques sont donc une bonne solution pour entamer la transition énergétique des bâtiments privés et publics. C’est notamment un produit que propose GROUP’Enr.

Le solaire thermique basse température

Cette technologie piège les rayons solaires dans des capteurs thermiques vitrés pour que ceux-ci puissent transmettre leur énergie à des absorbeurs métalliques qui vont réchauffer un réseau de tuyaux de cuivre où circule un fluide caloporteur. Cet échangeur chauffe l’eau stockée dans un cumulus pour fournir de l’eau chaude sanitaire ou du chauffage à toute l’habitation.

Il est à noter qu’avec l’importance de la lutte contre le réchauffement climatique, ce type de dispositif thermique est de plus en plus souvent intégré dans les projets d’architecture bioclimatique.

Le solaire thermique haute température

Cette technologie se sert de la concentration des rayons du soleil sur une surface de captage qui permet d’atteindre des températures généralement situées entre 400 et 1000°C. Cette chaleur produit de la vapeur qui fait tourner une turbine qui alimente un générateur producteur d’électricité. Ce procédé s’appelle l’héliothermodynamique.

Dans les centrales solaires à concentration on utilise principalement trois technologies distinctes : les concentrateurs paraboliques, les centrales à tour et les capteurs cylindro-paraboliques.

Longtemps abandonnées, ces technologies sont réutilisées notamment dans les pays de la « sun belt » dans les Etats-Unis du Sud.

L’énergie éolienne

Basées sur les anciens moulins à vent, les éoliennes génèrent des forces mécaniques ou électriques. L’éolien est donc devenu un secteur majeur dans la production d’énergie renouvelables.

L’énergie éolienne est produite par des aérogénérateurs qui captent à travers leurs pales l’énergie cinétique du vent et entraînent elles-mêmes un générateur qui produit de l’électricité verte.

Au vue de son efficacité et de l’augmentation du nombre d’éoliennes dans le monde, le secteur semble être un projet d’avenir fructueux pour la lutte contre le réchauffement climatique et la transition écologique.

L’énergie hydraulique

Comme les éoliennes, le secteur hydroélectrique base sa technologie sur une technologie ancienne : les moulins à eau. La version moderne de cette technique est apparue au XIXème siècle. L’hydroélectricité ou la production d’électricité par captage d’eau fait tourner une turbine qui entraîne un générateur électrique qui injecte l’électricité sur le réseau.

L’énergie hydraulique est la première source d’énergie renouvelable au monde. Néanmoins, toutes les installations et les techniques ne sont pas utilisées à leur maximum. Il y a donc des progrès à faire.

La grande hydraulique

La grande hydraulique se caractérise par des rendements très élevés et a débutée dans les années 30. Particulièrement bien développée en Europe et aux Etats-Unis, la grande hydraulique s’implante maintenant essentiellement en Asie et en Amérique du Sud.

La petite hydraulique

Cette catégorisation regroupe toutes les petites centrales hydrauliques (PCH) qui ont une faible puissance, c’est-à-dire, les pico-centrales (inférieure à 20 kW), les microcentrales (de 20 kW à 500 kW), les mini-centrales (de 500 kW à 2 MW) et les petites centrales (de 2 à 10 MW).

Elle est construite au fil de l’eau et ne nécessite pas de retenu ou de vidanges ponctuelles qui sont susceptibles de perturber l’hydrologie, la biologie ou la qualité de l’eau. Elles respectent donc parfaitement l’environnement. De plus, elles possèdent aussi l’avantage de participent à la vie économique dans les zones rurales.

Pour finir ces petites centrales fonctionnent globalement comme leurs grandes sœurs établies sur des plus grands cours d’eau comme les fleuves, alors que les PCH sont généralement construites sur des rivières.

Les énergies marines

Le secteur des énergies marines, également appelé énergie des océans ou thalasso-énergie, utilise l’énergie naturelle fournie par les mers et les océans pour produire de l’électricité. Pour ce faire il utilise la houle, l’énergie des vagues, l’énergie des courants, l’énergie des marées et l’énergie thermique des mers (ETM).

Les énergies marines sont un vrai incubateur à idées et à développement technologique. En effet, en plus de faire appel à des procédés connus comme l’usine marémotrice de la Rance (barrage marémoteur), le secteur expérimente aussi d’autres méthodes comme les houlogénérateurs (systèmes à colonne d’eau oscillante, systèmes à déferlement), hydroliennes (hélices sous-marines ou éoliennes sous-marines), ailes planes battantes ou oscillantes, roues à aubes flottantes, etc.

La biomasse

Dans le domaine de l’énergie, la biomasse est la matière organique d’origine végétale, animale, bactérienne ou fongique qui est utilisable en tant que source d’énergie. Tous ces matériaux sont employés comme combustibles pour la production de chaleur, d’électricité ou de carburants. De ce fait, on distingue trois principales familles :

Bois énergie

Le bois est la principale source d’énergie renouvelables. Cependant, dans cette catégorie on prend aussi en compte d’autres matières organiques comme la paille, les résidus solides de récoltes, les grappes de maïs, etc.

Même si le bois est une ressource renouvelable, il faut lui laisse le temps de se renouveler. De ce fait, en France, les forêts sont exploitées en prenant en compte son accroissement naturel, c’est-à-dire que l’on ne prélève pas plus de bois que la forêt ne peut reconstituer. Ainsi, le bilan carbone est positif.

Pour exploiter cette source d’énergie verte, il existe plusieurs appareils à combustible à bois innovants et efficaces à la disposition des particuliers comme des professionnels. Par exemple, les chaudières à biomasse sont capables de brûler différents types de combustibles (granulés de bois, bûches, plaquettes forestières, sciures ou copeaux).

Le biogaz

Le biogaz est produit lors de la décomposition de matières organiques lors d’un processus de fermentation (méthanisation). Par opposition au gaz d’origine fossile, on l’appelle aussi « gaz naturel renouvelable » ou « gaz des marais ». Étant un mélange de méthane et de gaz carbonique, le biogaz est un parfait combustible. Il peut donc servir à la production de chaleur, d’électricité ou de biocarburant.

Sa production peut directement se faire dans les centres d’enfouissements des déchets ou dans les unités de méthanisation. Le biogaz permet de recycler et de réutiliser de nombreuses matières organiques comme les sous-produits de l’industrie agroalimentaire, les boues des stations d’épurations, les lisiers, les animaux ou les déchets agricoles.

Les biocarburants

Un biocarburant ou un agrocarburant est un carburant qui est produit à partir de matières organiques provenant de la biomasse. Il vient en complément ou en substitution des combustibles fossiles.

Les biocarburants viennent principalement de deux filières industrielles différentes : l’éthanol ou le biodiesel. Au Brésil et en Allemagne, ils sont utilisés purs ou comme additifs aux carburants fossiles. En France, l’éthanol est produit à 70% à partir de la betterave et à 30% à partir de céréales. Quant à lui, le biodiesel est extrait des graines oléagineuses (colza, tournesol).

La géothermie

La géothermie est l’exploitation de la chaleur de la Terre. On fait principalement deux utilisations des ressources géothermales : la production d’électricité et la production de chaleur. Les applications peuvent être multiples en fonction des ressources et des techniques utilisées, de même, le besoin du client intervient.

Le marché de la géothermie est segmenté en plusieurs catégories en fonction de la température. De ce fait, on a la géothermie de « haute énergie » (plus de 150°C), de « moyenne énergie » (90 à 150 °C), de « basse énergie » (30 à 90 °C) et de « très basse énergie » (moins de 30 °C).

 

 

L’humanité se trouve à un tournant de son évolution et elle doit faire un choix. Celui de rester dans les énergies fossiles ou celui de la transition dans les énergies renouvelables. Au vue de la situation environnementale et climatique de notre planète, le choix semble évident : il faut, dès maintenant, se tourner vers les énergies vertes non polluantes. Pour ce faire, les Etats du monde entier peuvent se tourner vers des entreprises spécialisées dans l’installation de systèmes énergétiques durables comme GROUP’Enr. Avec leur aide et leur avis, il est possible de mener tous les bâtiments (publics ou privés) vers la transition écologique pour laisser une Terre propre à nos enfants.

 

Retrouvez GROUP’Enr sur les reseaux sociaux